Intervention d’urgence au Château Dubuc

Dans une lettre envoyée le 4 mai 2022 à la ministre de la Culture et des Communications, nous avons réitéré notre demande d’intervention pour la sauvegarde du Château Dubuc auprès du ministère. 

Lettre envoyée le 4 mai à la ministre de la Culture et des Communications

Comme vous le savez, notre organisme est fortement préoccupé par la situation précaire dans laquelle se trouve actuellement le Château Dubuc, à Chandler. D’importantes marées ont récemment endommagé les structures temporaires qui soutenaient l’édifice. Plus que jamais, son avenir est menacé. C’est pourquoi nous réitérons notre demande d’intervention pour protéger cet édifice emblématique.

 

La valeur historique de cette résidence n’est plus à démontrer. Elle a appartenu à l’un des plus influents industriels francophones du Québec au début du XXe siècle. Par ailleurs, il s’agit de l’un des premiers édifices québécois s’inspirant du style Prairie, une architecture alors en vogue aux ÉtatsUnis et popularisée par le célèbre architecte Frank Lloyd Wright.

 

Depuis l’envoi de notre première lettre l’automne dernier, des progrès substantiels ont été réalisés au niveau local dans ce dossier. Il y a quelques semaines, des citoyens ont créé un OBNL, la Corporation patrimoniale du Château Dubuc à Chandler, en vue de prendre en charge les démarches de déménagement. De plus, le copropriétaire du bâtiment se dit désormais prêt à céder sa propriété. Finalement, le conseil municipal serait ouvert à trouver un nouveau terrain pour accueillir le bâtiment.

 

Pour assurer l’avenir du Château Dubuc, l’un des derniers défis à relever est celui du financement. Il n’y a pas de doute que les coûts pour renforcer la structure du bâtiment et relocaliser ce dernier seront élevés. Compte tenu de ces circonstances exceptionnelles, nous croyons qu’une contribution significative de votre ministère est essentielle.

 

Il va sans dire que le prix à payer risque d’être encore plus grand si rien n’est fait pour sauver l’édifice. Lorsque celuici sera emporté par la mer, des tonnes de débris devront être récupérées et le terrain devra quant à lui être sécurisé. C’est sans compter que cette destruction marquera les esprits et deviendra un symbole peu glorieux pour la région et le Québec en entier.

 

Bien que le temps presse, il n’est pas trop tard pour intervenir et éviter que le pire ne se produise. En espérant une évolution positive dans ce dossier, nous vous prions d’agréer, Madame la Ministre, nos sincères salutations.

Le contenu des avis relève du comité Avis et prises de position (APP) qui a pour mandat de sensibiliser le plus grand nombre à la préservation du patrimoine bâti et des paysages culturels. 

Composé d’au moins cinq professionnels (urbanisme, architecture, histoire et patrimoine, pour plusieurs membres du conseil d’administration), ce comité se réunit à chaque mois. Les dossiers priorisés ont soit valeur d’exemple soit découlent d’une situation faisant craindre une perte imminente.

Par souci de transparence, nous publions les avis et prises de position sur ce site web quelques jours seulement après l’envoi au destinataire.