Démolition de la maison du 257, rue Blainville Est

Dans une lettre envoyée le 20 octobre 2020 à la mairesse de la ville de Sainte-Thérèse, nous avons fait part de nos objections quant à la démolition de la maison du 257, rue Blainville Est, aussi appelée maison Joseph-Laliberté.

Cette maison traditionnelle québécoise, dont la construction daterait d’au moins 1887, serait prochainement démolie et remplacée par un projet immobilier résidentiel.

Lettre envoyée le 20 octobre 2020 à la mairesse de la ville de Sainte-Thérèse

Nous souhaitons, par la présente, vous faire part de notre opposition à la démolition de la résidence située au 257, rue Blainville Est, aussi appelée maison Joseph-Laliberté. Cette maison traditionnelle québécoise, dont la construction daterait d’au moins 1887, serait prochainement démolie et remplacée par un projet immobilier résidentiel. L’inventaire du patrimoine bâti de la MRC de Thérèse-De Blainville lui accorde pourtant une valeur patrimoniale forte, ainsi qu’une valeur d’authenticité et un état physique excellents.

 

Notre organisme souhaite donc vous inciter à prendre en considération la valeur patrimoniale de la maison avant d’autoriser tout projet immobilier. La démolition d’un bâtiment patrimonial est une décision irréversible impliquant de lourdes conséquences, auxquelles des options comme le déménagement ou la reconstruction à l’identique ne peuvent être considérées comme des solutions acceptables. Rappelons le cas de la maison Boileau à Chambly, dont la démolition a soulevé la controverse à l’automne 2018.

 

Par ses différentes actions, la Ville de Sainte-Thérèse a démontré sa sensibilité à l’égard de la sauvegarde du patrimoine. Le programme de subvention pour la restauration, la préservation et la mise en valeur des bâtiments patrimoniaux, adopté en février 2020, en témoigne de façon remarquable. Toutefois, l’éventuelle démolition de la maison Joseph-Laliberté met en lumière le besoin de prendre des mesures supplémentaires afin d’éviter de tels scénarios.

 

C’est pourquoi nous croyons qu’il est nécessaire que la Ville de Sainte-Thérèse se dote d’un règlement de démolition qui permettrait une analyse plus poussée des dossiers de ce genre, tout en prenant en considération la valeur patrimoniale du bâtiment qui fait l’objet de la demande. La procédure actuelle, malheureusement, ne fait pas mention de ce critère. En outre, l’étude des demandes par un comité de démolition permettrait d’obtenir un avis supplémentaire et de ce fait, prendre une décision plus éclairée. Avant d’autoriser la démolition d’un bâtiment patrimonial, il importe d’envisager toutes les options disponibles.

 

Certes, la préservation du patrimoine comporte son lot de défis et d’efforts pour les municipalités. Action patrimoine est toutefois convaincu qu’il s’agit d’un investissement qui contribue à bonifier les lieux d’une importante valeur ajoutée. À ce titre, nous encourageons votre municipalité à se munir d’outils réglementaires qui favoriseront une meilleure protection pour ces bâtiments.

 

Dans l’immédiat, nous croyons fermement que la Ville devrait prendre le temps nécessaire pour analyser le dossier de la maison Joseph-Laliberté, en prenant en compte sa valeur patrimoniale et son importance pour la communauté.

 

Suivi du dossier

Lors du conseil municipal du lundi 2 novembre 2020, les élus de Ville de Sainte-Thérèse se sont prononcés en faveur d’une résolution annulant officiellement l’autorisation de démolir la maison située au 257, rue Blainville Est.

Le contenu des avis relève du comité Avis et prises de position (APP) qui a pour mandat de sensibiliser le plus grand nombre à la préservation du patrimoine bâti et des paysages culturels. 

Composé d’au moins cinq professionnels (urbanisme, architecture, histoire et patrimoine, pour plusieurs membres du conseil d’administration), ce comité se réunit à chaque mois. Les dossiers priorisés ont soit valeur d’exemple soit découlent d’une situation faisant craindre une perte imminente.

Par souci de transparence, nous publions les avis et prises de position sur ce site web quelques jours seulement après l’envoi au destinataire.