Un retour 100% virtuel pour la Semaine numériQC

L’équipe derrière la Semaine numériQC a su, à nouveau, renouveler l’événement avec brio, en plus de s’adapter à la situation actuelle. Notre agente de développement culturel numérique Bianca Cadieux et notre responsable des communications Lola Mongaï ont apprécié l’ambiance de cet événement 100 % virtuel. Il n’est pas toujours simple de coordonner un tel événement, puisque les éditions précédentes en présence étaient déjà fort appréciées. Alors qu’est-il ressorti de pertinent, d’innovant et d’adaptable pour le milieu patrimonial ?

 

Enjeux, questions et solutions

 

De notre point de vue, plusieurs enjeux sont ressortis : 

 

  • L’adaptation à la pandémie ;
  • L’utilisation des données ;
  • Les retombées liées aux nouvelles technologies ;
  • La valeur ajoutée de l’expérience numérique.

 

De ces enjeux, plusieurs questions et solutions ont été posées dans le clavardage en direct (chat live) de la plateforme utilisée pour l’événement. En effet, la possibilité d’écouter les intervenant.e.s et de poser nos questions en direct, a permis de faciliter le réseautage. Plusieurs solutions intéressantes s’appliquant au milieu patrimonial sont ressorties des conférences et des conversations présentées. Tout d’abord, il est préférable de ne pas être 100 % numérique. Pensons plutôt à combiner le numérique et « le physique ». En effet, l’effet synergique de leur association pose les bases d’une expérience améliorée pour tous – équipe, partenaires, clients, visiteurs, etc. Ensuite, penser l’écran comme un point d’ancrage ou un tremplin. Il ne faut pas que le public soit en totalité immergé par ce qui se passe à l’écran, mais  ouvrons plutôt la discussion, en passant par les sens et par l’utilisation de questions ouvertes.

 

Points à retenir

 

Voici quelques points à retenir des deux événements associés auxquels nous avons assisté, soit le Forum des innovations culturelles et Territoires connectés. Oui il faut innover, mais il est possible de le faire en ne réinventant pas la roue. Par exemple, trop souvent le milieu culturel a le réflexe de commander une plateforme sur mesure, alors qu’il en existe déjà plusieurs adaptées ou adaptables. Une bonne pratique à avoir est donc d’identifier les contenus et les besoins, et par la suite trouver un outil qui existe déjà, qui va y répondre. Enfin, il ne faut pas oublier que le numérique reste un outil et qu’il faut s’adapter au public et aux organismes.

 

Nos conférences coups de cœur

 

Comment la collaboration engendre l’innovation technologique dans un laboratoire vivant en culture

 

La collaboration sur divers projets entre le DigiHub et le Musée POP en Mauricie est inspirante. Leur laboratoire vivant, le Muséolab, permet de combiner les expertises respectives entre les startups technologiques du DigiHub et les professionnels en milieu muséal et patrimonial, pour ainsi permettre l’avancée  les pratiques culturelles. Depuis leurs débuts, ils ont réalisé plusieurs projets, dont des applications Web, de la géomatique, de la réalité augmentée, de la numérisation, des balados, etc. On aime pour leur approche multidisciplinaire, engagée et évolutive qui pourraient facilement inspirer d’autres régions !

Site Internet : www.museolab.ca 

 

Les principes d’engagement sur le Web au service de la médiation culturelle

 

Le projet Les Fouines du Plateau est une collaboration inspirante entre une consultante en médiation culturelle et une spécialiste en engagement web. Par la fusion de leurs expériences, elles ont voulu souligner les principes d’engagement au service de la médiation. Elles ont démontré l’importance d’utiliser les habitudes numériques du public pour développer un projet concret. En effet, pourquoi ne pas utiliser les réseaux sociaux, les memes ou les GIFS comme des leviers pour susciter de l’engagement, de l’appropriation et de l’appartenance à une proposition culturelle, comme un lieu patrimonial. On aime pour leur énergie débordante, leur ouverture et leurs idées ludiques facilement adaptables dans un contexte patrimonial !

Site Internet : www.mont-royal.net/nouvelles/les-fouines-du-plateau-un-nouveau-parcours-ludique-exterieur-pour-la-famille/ 

 

De l’esprit créatif

 

Un autre bilan est cette coexistence subtile entre les solutions numériques et les intelligences collectives. L’art de manier des outils innovants, résolument immersifs, n’est rien sans une capacité à les maîtriser et à leur donner du sens. La croisée des métiers, la confrontation des idées et les alternatives font toute la différence. Car oui, dans un contexte de pandémie qui bouleverse nos pratiques professionnelles et personnelles, on a jamais été autant connecté.e.s et à la recherche de repères, étant bien souvent attaché.e.s à l’idée de vouloir travailler « comme d’habitude » et faire « aussi bien ». Ainsi, puiser des inspirations auprès de plus gros joueurs ayant déjà amorcé un virage digital doit être perçu comme un atout. Les initiatives numériques adaptées à un milieu peuvent naître dans toutes les équipes animées par le désir de faire différemment pour atteindre des objectifs communs.

 

Pour la suite

 

Quand on participe à un événement tel que la Semaine numériQC, on se rappelle l’importance d’apprendre, d’être ouvert à de nouvelles idées et de continuer à s’adapter. Dans les prochaines années, il faudra porter une attention particulière à la littératie numérique de tous les milieux, avoir une pensée hybride et multidisciplinaire, en plus de voir le numérique comme un outil pertinent et non une finalité. Avec la Semaine numériQC, le Forum des innovations culturelles et Territoires connectés, on termine notre journée remplie de motivation !