Sauvegarde de la Maison Rodolphe-Audette et du paysage riverain du Vieux-Lévis

Le 30 janvier dernier, Action patrimoine a envoyé une lettre au comité de démolition de la Ville de Lévis afin de faire part à ses membres nos recommandations en ce qui concerne l’avenir de la Maison Rodolphe-Audette et des caractéristiques uniques et particulières du site qu’elle occupe.

Considérer les enjeux

En décembre dernier, des citoyens de Lévis soucieux de leur patrimoine ont fait part à notre organisme de la menace de démolition qui plane à nouveau sur la maison Rodolphe-Audette. Nous connaissons l’historique de menaces et sauvegardes assez complexe qui y est associé, nous épargnerons le rappel de sa chronologie.

 

Dans un premier temps, nous reconnaissons les difficultés auxquelles font face les municipalités du Québec concernant les cas de négligence et d’abandon volontaire des édifices patrimoniaux. Plusieurs municipalités ont déjà identifié la complexité administrative et légale, sans compter les coûts associés à des mesures disciplinaires visant à protéger un édifice patrimonial.

 

Il va sans dire que la maison Rodolphe-Audette se situe dans un emplacement stratégique. Elle se situe à l’entrée du Vieux Lévis, face au Fleuve Saint-Laurent et d’où l’on aperçoit l’arrondissement historique du Vieux-Québec qui figure sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Ainsi, la Ville de Lévis se doit d’analyser ce dossier de façon globale et en considérant les enjeux qui dépassent largement son territoire.

Un symbole de résistance

La Ville de Lévis dispose des outils urbanistiques lui permettant, dans le dossier de la maison Rodolphe-Audette, une prise de décision qui s’inscrit de façon cohérente avec la vision d’ensemble de son territoire. Ainsi, le Programme particulier d’urbanisme (PPU) du Vieux-Lévis qui sera dévoilé en février prochain établira les principes visant la prise de décision concernant le présent dossier. Le rapport synthèse des préconsultations publiques indique déjà certaines pistes à considérer, notamment le cas de figure : «[…] la maison Rodolphe-Audette […] risque de devenir un symbole de résistance à la détérioration du patrimoine bâti dans le Vieux-Lévis ou alors un lieu sacrifié au bénéfice d’intervention qui seront jugées plus appropriées. L’adoption du PPU du Vieux-Lévis sera l’occasion pour la Ville de prendre position (1).»

Advenant un scénario où la maison Rodolphe-Audette ne pourrait être sauvée, le projet de remplacement devrait répondre aux exigences du Plan d’implantation et d’intégration architecturale (PIIA) dont la Ville s’est dotée. Les critères d’évaluation relatifs aux travaux de construction stipulent qu’un nouveau bâtiment doit s’intégrer et s’harmoniser au cadre bâti environnant quant à son implantation, son orientation, sa hauteur, son volume, et ses matériaux en considérant les percées visuelles et les points de vue sur le paysage (2)De plus, les composantes architecturales que l’on retrouve majoritairement dans le cadre bâti environnant ainsi que le respect du contexte historique doivent guider la conception du nouveau bâtiment.

1. Rapport synthèse des préconsultations publiques PPU du Vieux-Lévis, p.12.

2. Règlement RV-2011-11-31 sur les plans d’implantation et d’intégration architecturale (volet patrimonial), p. 27, article 40.

Des avantages à long terme pour la Ville de Lévis

Ainsi, Action patrimoine estime que l’avenir de la maison Rodolphe-Audette devrait être décidé conformément aux orientations énoncées dans le PPU à venir. Lors de la soirée du comité de démolition du 25 janvier, nous avons trouvé regrettable que le PPU n’ait pu être abordé alors que ce dernier est étroitement lié à l’objet de la rencontre.

Considérant :

  • L’intérêt historique et architectural de la maison Rodolphe-Audette;
  • L’emplacement stratégique et la valeur paysagère du site de la maison Rodolphe-Audette;
  • La forte mobilisation citoyenne;
  • Le cas de figure que représente la maison Rodolphe-Audette pour le positionnement de la Ville de Lévis vis-à-vis son patrimoine.

 

Action patrimoine considère que la Ville de Lévis devrait tout faire en son pouvoir pour sauvegarder l’édifice situé au 6410, rue Saint-Laurent. La décision finale du comité devrait baser sa décision bien au-delà des coûts importants liés à sa remise en état et prendre en considération les avantages à long terme de ce geste pour la Ville de Lévis. 

Importance d'un projet de remplacement à valeur architecturale équivalente

Advenant que ce scénario ne soit pas envisageable, Action patrimoine souhaite rappeler l’importance d’avoir un projet de remplacement dont la valeur architecturale sera équivalente ou supérieure à l’édifice perdu. À ce jour, nous constatons que le projet de remplacement préalablement autorisé ne correspond aucunement à cette prémisse. Des simulations visuelles du nouveau projet, réalisées à partir de photos prises à des points de vue stratégiques, permettraient d’assurer l’intégration harmonieuse d’un nouveau bâtiment dans le paysage. Afin de favoriser un projet qui respecte le caractère du Vieux-Lévis tout en assumant sa contemporanéité, nous recommandons pour un potentiel projet de remplacement :

  •  Une maison de type unifamiliale;
  • Le maintien de l’intégrité du terrain dans sa superficie originale;
  • Un volume similaire à celui de la maison Rodolphe-Audette;
  • Un recul de la rue identique à celui de la maison Rodolphe-Audette;
  • Un caractère architectural contemporain;
  • Une approche architecturale qui s’inscrit de façon sensible dans le paysage.

 

En espérant que nos recommandations puissent être utiles à la prise de décision du comité de démolition, et ce, afin de bénéficier à l’ensemble de la communauté.

Statut du dossier

Les membres du comité de démolition de la Ville de Lévis ont décidé le 27 février 2017 de surseoir à la décision sur l’avenir de la maison Rodolphe-Audette afin de mener les études nécessaires à la prise de décision. La Ville a également sollicité l’aide de la direction régionale du ministère de la Culture et des Communications. Le sort de la maison Rodolphe-Audette est toujours incertain.

Le contenu des avis relève du comité Avis et prises de position (APP) qui a pour mandat de sensibiliser le plus grand nombre à la préservation du patrimoine bâti et des paysages culturels. 

Composé d’au moins cinq professionnels (urbanisme, architecture, histoire et patrimoine, pour plusieurs membres du conseil d’administration), ce comité se réunit à chaque mois. Les dossiers priorisés ont soit valeur d’exemple soit découlent d’une situation faisant craindre une perte imminente.

Par souci de transparence, nous publions les avis et prises de position sur ce site web quelques jours seulement après l’envoi au destinataire.