Avenir incertain pour l’église Saint-Gérard-Majella

Action patrimoine a fait parvenir cette lettre à la ministre de la Culture et des Communications le 8 janvier dernier, la priant de procéder de toute urgence au classement de cette œuvre exceptionnelle du patrimoine religieux moderne du Québec, conçue par Guy Desbarats, membre fondateur d’une des plus prestigieuses agences d’architecture au Canada.

Lettre envoyée à la ministre de la Culture et des Communications

Action patrimoine a pris connaissance d’un projet immobilier impliquant la démolition de l’église Saint-Gérard-Majella située à Saint-Jean-sur-Richelieu. L’église, déjà fermée au culte, en vente, s’est vue dépouillée de son mobilier et de ses œuvres d’art lors de la messe de fermeture le 6 décembre dernier.

Comme en témoigne l’étude patrimoniale effectuée par le Conseil du patrimoine religieux du Québec, ce bâtiment exceptionnel possède la cote la plus élevée (A – Incontournable). Il est inconcevable que le destin de ce joyau architectural, œuvre de Guy Desbarats, membre fondateur d’une des plus prestigieuses agences d’architecture au Canada (ARCOP) et premier directeur de l’École d’architecture de l’Université de Montréal, soit laissé au hasard.

Trois acteurs majeurs dans le domaine, soit l’École d’architecture de l’Université de Montréal, le conseil du patrimoine religieux du Québec et Docomomo Québec sont très préoccupés par l’avenir de ce bien et souhaitent une action pour en assurer la sauvegarde.

Nous vous demandons, madame la Ministre, de procéder de toute urgence au classement de cette œuvre exceptionnelle du patrimoine religieux moderne du Québec. Nous croyons que sans cette reconnaissance la plus haute, le bâtiment est condamné à disparaître pour laisser place à un projet d’une affreuse banalité à très brève échéance.

Contact

Émilie Vézina-Doré
Directrice générale
direction@actionpatrimoine.ca
Tél. : +1 418 647-4347, poste 202

Le contenu des avis relève du comité Avis et prises de position (APP) qui a pour mandat de sensibiliser le plus grand nombre à la préservation du patrimoine bâti et des paysages culturels. 

Composé d’au moins cinq professionnels (urbanisme, architecture, histoire et patrimoine, pour plusieurs membres du conseil d’administration), ce comité se réunit à chaque mois. Les dossiers priorisés ont soit valeur d’exemple soit découlent d’une situation faisant craindre une perte imminente.

Par souci de transparence, nous publions les avis et prises de position sur ce site web quelques jours seulement après l’envoi au destinataire.