Abandon de l’ancienne centrale hydroélectrique des Cèdres

Dans une lettre envoyée le dernier au ministre des Transports du Québec, nous lui faisions part de nos inquiétudes quant à l’abandon depuis plusieurs années de l’ancienne centrale hydroélectrique située à Les Cèdres (Montérégie). En effet, le bâtiment, dont le ministère des Transports est propriétaire et qui est classé patrimonial depuis 1984, ne présente aucun signe d’entretien régulier.

Lettre envoyée le 21 février 2019 au ministre des Transports

Nous souhaitons aujourd’hui vous faire part de nos inquiétudes quant à l’ancienne centrale hydroélectrique située dans la municipalité des Cèdres en Montérégie. Il s’agit d’un bâtiment industriel, propriété du ministère des Transports, qui est abandonné depuis plusieurs années.

 

L’édifice est classé depuis 1984 par le ministère de la Culture et des Communications, notamment pour sa valeur historique dans la région. Construit en 1899 par la compagnie Canadian General Electric, le bâtiment est l’une des quatre centrales hydroélectriques datant d’avant 1900 qui subsistent au Québec. Depuis quelques années, des fenêtres sont placardées, ce qui nous laisse croire que le bâtiment n’est ni entretenu, ni chauffé et encore moins sécuritaire.

 

Aux vues de sa valeur historique et des possibilités d’usages qu’offre l’ancienne centrale, il nous apparaît nécessaire d’assurer l’entretien du bâtiment et de ne pas le laisser dépérir. En tant que propriétaire, le ministère des Transports est tenu, comme tout propriétaire, d’assurer l’entretien minimum du bâtiment. Un édifice qui est chauffé et entretenu se requalifie plus aisément par la suite et évite des frais inutiles de réhabilitation.

 

Ce devoir d’exemplarité des ministères dans l’entretien de leur parc immobilier est d’ailleurs l’un des points importants ajoutés dans le plan d’action de la nouvelle Politique culturelle du Québec[1]. En effet, la Mesure 25 du plan d’action de la ladite politique indique à l’attention des ministères d’« Agir de manière exemplaire dans la gestion du patrimoine culturel de l’État » et cite d’ailleurs le ministère des Transports comme partenaire dans la mise en place de cette mesure.

 

Dans la situation, nous demandons à votre ministère d’agir au plus vite afin d’assurer la préservation et l’intégrité de l’ancienne centrale hydroélectrique des Cèdres. En amont, nous recommandons une réflexion sur la réhabilitation du bâtiment afin d’en assurer sa préservation.

 

Notre organisme se tient à votre disposition pour collaborer dans ce dossier.

 

[1] Partout, la culture – Politique culturelle du Québec, Plan d’action gouvernemental 2018-2023.

Le contenu des avis relève du comité Avis et prises de position (APP) qui a pour mandat de sensibiliser le plus grand nombre à la préservation du patrimoine bâti et des paysages culturels. 

Composé d’au moins cinq professionnels (urbanisme, architecture, histoire et patrimoine, pour plusieurs membres du conseil d’administration), ce comité se réunit à chaque mois. Les dossiers priorisés ont soit valeur d’exemple soit découlent d’une situation faisant craindre une perte imminente.

Par souci de transparence, nous publions les avis et prises de position sur ce site web quelques jours seulement après l’envoi au destinataire.