Un avenir meilleur pour nos maisons ancestrales?

Chronique Point de mire - Printemps 2017

Action patrimoine a été interpelé à de nombreuses reprises au cours des derniers mois au sujet de résidences centenaires en péril. Pensons à la maison Boileau à Chambly, la maison Déry à Charlesbourg, la maison Adélard-Lesage à Sainte-Thérèse, la maison Chénier-Sauvé à Saint-Eustache, la maison située au 831, chemin de Montréal Ouest à Gatineau… Ou encore aux cas plus anciens des demeures René-Lévesque, Pollack et Bignell, situées à New Carlisle et à Québec.

 

En début d’année, c’est la maison Rodolphe-Audette, à Lévis, qui faisait les manchettes. Ce dossier complexe combine une multitude d’enjeux récurrents en patrimoine bâti. Inhabitée depuis 1998, cette demeure a été construite au début du XXesiècle à titre de résidence d’été pour Rodolphe Audette, cinquième président de la Banque Nationale. Après avoir été sauvée in extremis par une résolution du conseil municipal de Lévis, en 2014, elle a fait l’objet d’une seconde demande de permis de démolition, déposée en décembre dernier par un promoteur immobilier. Son état de délabrement avancé fait en sorte qu’il est de plus en plus difficile d’envisager sa sauvegarde, le coût et la complexité des travaux augmentant avec le temps. […] Lire la suite

Dans le cadre d’une étroite collaboration avec le magazine Continuité, et en lien avec ses prises de position et actualités, Action patrimoine publie quatre chroniques Point de mire par année.